Langue des signes et culture sourde – pour une communication sans barrières

Berne, le 29.11.2016 – Office fédéral du personnel à Berne

La conférence organisée pour le personnel fédéral par Catherine Bogliacino (membre active de l’Association C’est un signe et traductrice du Service linguistique italophone du Secrétariat général DEFR) a eu pour but de combattre les nombreux à priori qui entourent le monde des sourds et de sensibiliser sur le thème.

Comme l’a dit, ou plutôt « signé », Christian Gremaud, responsable de campagne auprès de la Fédération Suisse des Sourds (FSS-SGB), « très peu de personnes ont conscience qu’être sourd signifie être visuel. Les personnes sourdes comprennent le monde avec leurs yeux et communiquent avec les mains ».

Lors de la conférence deux thèmes majeurs ont été abordés : la vie des sourds au quotidien et la situation actuelle des personnes sourdes en Suisse.

Dans sa présentation, Christian Dousse, enseignant de LSF et membre de l’Association fribourgeoise de la langue des signes (AFLS), a retracé l’histoire des sourds, de l’interdiction de « signer » en 1880 à la renaissance de la langue des signes dans les années 1980, et illustré certains aspects de sa vie de tous les jours. Il a aussi expliqué les raisons des difficultés de lecture et d’écriture des sourds et présenté les noms « signés » des sept conseillers fédéraux.

Monsieur Gremaud a expliqué les raisons des obstacles et des difficultés pour les sourds, notamment en ce qui concerne l’accès aux informations, et a souligné que la Suisse a ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) en 2014.

Enfin, lors de la partie pratique présentée par Christine Sanders, enseignante de LSF et membre de l’association fribourgeoise C’est un signe, les nombreux participants ont pu se familiariser avec la langue des signes en apprenant la dactylologie (alphabet manuel) et quelques «signaires», c’est-à-dire des mots en langue des signes.